vendredi 3 août 2018

Arrivée en Colombie


LA COLOMBIE 
La plus ancienne démocratie d’Amérique du Sud.
Des années passées sombres de violence et de guerre civile avec aujourd’hui une présence renforcée de la police et de l’armée dans les rues et les campagnes. 
Maintenant, un pays qui semble s’ouvrir aux touristes étrangers.
Une population chaleureuse, accueillante 
Des paysages magnifiques

Une étape importante pour l’équipage de Makani. Un point sur la carte du monde qui nous semblait tellement loin et tellement inaccessible en voilier quelques années auparavant.





Depuis plusieurs semaines que ce soit à Bonaire, à Curacao ou à Aruba, c’est toujours la même conversation qui revient entre navigateurs qui veulent se rendre en Colombie.
Comment va t’on passer ce fameux Capo de la Vela sans se faire chahuter?
A quel moment partir?
Et d’où?
Plus on se rapproche du Cap, plus on a des chances de prendre le créneau météo favorable avant qu’il ne se referme!!!Va t’on passer « les pieds dans le sable"ou bien au large?
Entre copains bateaux, autour d’une bière chacun y va de son avis, chacun sort sa tablette, son logiciel météo hyper fiable!!!

Les retours d’expérience montrent que les vents augmentent de 10 à 15nds au Cap avec des vagues anormalement hautes.

VOILA CE QUE L’ON VOIT EN PERMANENCE SUR LES FICHIERS GRIBS
DU ROUGE, TOUJOURS DU ROUGE ET ENCORE DU ROUGE AU CAPO DE LA VELA



Mon Capitaine croise les fichiers Gribs, analyse les conditions, patiente, prépare le bateau puis se décide.
Si l’on veut rejoindre la Colombie, il faut partir mardi 31, mais les prévisions bougent.
Finalement, on retarde d’une journée.

Mercredi 01 Aout 2018 : Dèpart d’Aruba

Makani lève l’ancre  après avoir fait notre check-out au port de commerce.
Une fois les passeports tamponnés, un fonctionnaire attend sagement sur le quai dans son gros 4x4 que l’on largue nos amarres direction l’Ouest. Pas de possibilité d’anticiper la clearance.


MAKANI PASSE ENTRE LES PLATEFORMES ET NAVIRES DE PETROLE

La traversée s’annonce agréable, on manque peut être un peu de vent, mais il faut choisir, pas assez, trop.
C’est parfait pour nous, Makani avance à 6nds.
UNE BELLE DORADE CORYPHENE SE FAIT PRENDRE AU PIEGE A LA TRAINE



LA NUIT TOMBE ET LA MER EST TOUJOURS TRANQUILLE BIEN QUE L’ON COMMENCE à SENTIR LE VENT SE LEVER 

A hauteur de l’archipel de Los Mojeres, on prend 2 ris pour la nuit car Makani avance trop vite avec les 25nds de vents établis. On sait que l’on pourra y trouver un refuge en cas de problème.

Notre pilote automatique décide de ne plus garder le cap, c’est à tour de rôle que l’on va barrer.
On longue la frontière Vénézuélienne et une longue nuit commence.

On dort un peu avec une mer agitée et au petit matin, le vent tombe. On longue la péninsule de Guajira avec 10/15nds de vent. On relâche nos ris. Le Capitaine est plutôt content de son analyse.

Bientôt le capo est en vue. On sent que ça va bouger. On reprend 2 ris par précaution, la mer se soulève un peu mais rien de très mèchant.
Le vent monte. Nous aurons 20nds établis avec rafales à 25.
On contourne rapidement le rocher pour rentrer dans la baie et trouver un mouillage.




LE CAPO DEPUIS NOTRE MOUILLAGE

On se sent soudainement moins anxieux et heureux d’être là.
Nous ne savions pas encore que le plus dur était à venir

ON HISSE LE PAVILLON DE LA COLOMBIE 
ET LE «  Q" QUE L’ON GARDERA JUSQU’A SANTA MARTA



VILLAGE DES INDIENS WAYUUS
PAYSAGE LUNAIRE ET ARIDE
DES PECHEURS TIRENT LEUR FILET SANS S’OCCUPER DE NOUS

LE CAPO DE LA VELA EST UN ENDROIT EXTRAORDINAIRE POUR ADMIRER LE COUCHER DU SOLEIL SUR L’OCEAN AINSI QUE L’OBSERVATION DU CIEL


Nous ne pourrons pas descendre à terre car la mer est trop levée et l’accostage sur la plage en annexe nous semble bien périlleux.
C’est à regret que nous reprenons la mer le lendemain pour Santa Marta.
Le Capitaine fait un « auto learn " au pilote auto qui se remet à fonctionner normalement.

Nous ne verrons pas la Sierra Nevada et ses 5700m d’altitude plongée dans les nuages.

C’est avec une mer hachée que l’on va parcourir les 125Mn pour atterrir à la marina de Santa Marta.

L’équipage a l’impression d’être dans un tambour de lave linge (à l’essorage)!!!
On décide de ne pas s’arrêter au mouillage dans les 5 baies initialement prévu car on a hâte de se reposer.


 MAKANI restera à la Marina de Santa Marta 
durant 3 mois le temps de découvrir la Colombie, le Costa Rica et le Forest Lodge ouvert depuis Décembre par ma fille aînée et son mari,
de recevoir Guy et Patricia "The Berry Man » de Santa Barbara
puis de rentrer un mois en France.
Serrer dans nos bras nos enfants et petits enfants qui nous manquent 
Accueillir 2 petits nouveaux nés pour mi Septembre et mi Octobre.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire