lundi 30 juillet 2018

Ile de Curaçao - Les ABC -


L’île à la fameuse liqueur bleue au goût d'orange amer utilisée










Mercredi 18 Juillet 2018 : Cap à l’Ouest

Nous avons longuement hésiter avant de quitter Bonaire tellement notre séjour était magnifique mais on doit continuer notre voyage.
Nous lâchons nos amarres au petit matin pour rejoindre l’île de Curaçao.
Mais nous voulons profiter encore d’une dernière baignade dans des eaux turquoises, alors on s’arrête à Klein Curaçao, la petite île au Sud pour y passer la nuit si les coast guards ne nous font pas d’ennui.
Nous verrons bien car normalement on doit faire son entrée dans la capitale de l’île  «  Willemstad »




Il y a seulement 4 bouées pour les voiliers, elles sont blanches et noires. Les autres semblent être privées.


Ambiance Tobagos Cays

Prés de la plage, 2 ou 3 bateaux "charters" déposent leur client sur la plage pour qu’ils profitent de l’eau et des installations qui leur sont réservées ( Transat, restauration sous tente, douche avec l’eau tirée des bateaux...)

Tout est organisé pour leur bonheur
Vers 15h30, tout ce petit monde repart à Willemstad, heureux d’avoir pu nager au milieu des poissons dans une eau turquoise.
Nous serons 2 voiliers au mouillage pour la nuit.

Derrière le capitaine, le phare en ruine de Klein Curaçao visible à 3Mn en arrivant de l’Est.
L’île est très plate, nous n’en distinguons les contours qu’en arrivant à 1Mn .


En soirée, promenade à pied sur l’île, on est rapidement sur la côte Est où une épave d'un gros cargo tout rouillé rend le paysage un peu lugubre, sentiment accru avec les vagues qui se brisent sur les rochers avec grand fracas.

On remonte à bord de notre voilier pour une soirée paisible où le cri des mouettes nous tient compagnie.

Jeudi 19 Juillet 2018 : Mouillage à Spanish Water

Nous rejoignons la côte Ouest de Curaçao pour entrer dans le chenal étroit qui mène au mouillage de Spanish Water.

Il faut être attentif et tout va bien mais l’entrée de nuit nous paraît très dangereux.

Le passage est étroit et peu profond , de chaque côté c’est le reef

Un très beau complexe hôtelier à l’entrée de Spanish Water, lieu très fréquenté le we.
La semaine on peut profiter des installations et s’amarrer au ponton visiteurs avec notre dinghy 

C’est un vrai labyrinthe qui rentre dans la mangrove.
Makani est dans la zone B (icône bleue)

Plusieurs zones apparaissent sur la cartographie et beaucoup de bouée mais sur l’eau , pas grand chose alors on réfléchi un peu pour trouver notre mouillage.

On descend l’ancre juste devant le voilier de nos amis Espagnol du voilier "Tangaroa" parti quelques jours avant nous de Bonaire.
L’eau est brunâtre et n’inspire pas à la baignade

Sans perdre de temps, nous prenons le bus au fond de la baie à la Rotonde devant le bar « le Pirate" pour rejoindre la capitale (35mn) et là le parcours du combattant commence.
Customs, Immigration, on passe d’une rive à l’autre et après 2 heures, on repart avec nos visas,  notre clereance et notre autorisation de mouillage pour Spanish Water valable 3 mois (10€)



Le pont basculant « Qeen Emma Bridge » avec en toile de fond ces façades colorées


En fin d’après midi, nous prenons un verre en ville. Il faut s’habituer au bruit d’une ville de
125 000habitants.
Evidemment, c’est un grand choc lorsque l’on vient de Bonaire












On rentre à la nuit, mais on n’a pas vraiment noté l’endroit ou on a laissé notre annexe. On sait que c’est le fischermen ’s dock mais pour les terriens ça ne veut pas dire grand chose.
Spanish water est trés vaste.
Au bout de 15mn de route à droite puis à gauche, la charmante conductrice du taxi collectif nous dépose enfin au carrefour de Carras Baai, face au bar le Pirate.


Et là dans le noir, il faut maintenant retrouver notre voilier au milieu d’une cinquante d’autre ancré dans cette baie.
Ouf, à 23heures, nous sommes à bord de Makani après une journée bien remplie.

La mangrove de Spanish water est un petit havre de tranquillité .




Beaucoup de maisons sur pilotis y sont construites.


Le lendemain repos et apéritif à bord avec Sara et Johan, qui sont heureux de nous revoir.
On avait fait avec eux à Bonaire de jolies plongées.

On retrouve également Jacky, de l’Ovni 435 « Rubicon" rencontré à Carriacou, il met le cap comme nous sur la Colombie.


Un autre bateau copain « Andres et sa femme » sont à l’ancre dans la zone A . Tous les voiliers se trouvent chaque jeudi au bar « the Pier » pour un  happy hours de 5à8h suivi d’un repas pour 10$.
C’est un moment privilégié d’échange entre marins.


Live Music

On prend le bus gratuit mis à disposition du supermarché pour les plaisanciers.
Départ devant le quai des pêcheurs à 8h30 et retour à 10h.
On pose notre linge à la laverie non loin en même temps.

Samedi 21 Juillet 2018 : Diving avec Sarah et Johan - Baccaruda -
On laisse le dinghy au ponton de l’hôtel à l’entrée de Spanish water et on plonge depuis la plage.
Les fonds sont jolis, le reef est tout prés


Mardi 24 Juillet 2018: Diving sur le site - New port -
Nous prenons à bord nos amis Espagnol de « Tangaroa" pour nous rendre au Nord de l’île.
On ancre Makani dans la partie Sud de la mangrove pour accéder à pied au site de plongée « New Port »
Belle plongèe 51mn / 27m, rencontre avec une grosse tortue et de nombreux "poissons lions »


Vidéo montée par Johan - « partie de golf sous l’eau pour les équipages de Tangaro et Makani


Pendant que l’on déjeune à bord, les coast-goards nous accoste,  « vous n’avez pas de permis, c’est interdit ici..."
"On s’excuse, on ne savait pas, on s’en va de suite . enfin on fini de déjeuner et on lève l’ancre"
Pas de problème, en voyant notre pavillon Français avec à bord des Espagnols, ils sont très conciliants et nous disent au revoir dans un « Viva Espagna »

Sarah et Johan

Un bon buffet bien garni trés apprécié après la plongée


Samedi 28 Juillet 2018 : Mouillage de Santa Kruz

Muni d’un permis pour 3jours, nous resterons 1 nuit au mouillage de Santa Kruz situé au Sud de l’île afin de lever l’ancre le lendemain matin très tôt pour l’île d’Aruba  - 60Mn à parcourir -

Un créneau météo se présente à nous en milieu de semaine pour franchir le  « Cap Horn  des Caraïbes", le fameux Capo de Vela.

L’EQUIPAGE DE MAKANI MET LE CAP SUR L’ILE D’ARUBA
















Aucun commentaire:

Publier un commentaire