vendredi 8 septembre 2017

Ile de Lanzarote



L’île de Lanzarote est déclarée par l’UNESCO - 1993 - Réserve de Biosphère



Jeudi 31 Août 2017 - Ile de Graciosa - Lanzarote

27km2, inhabitée jusqu’en 1876, date à laquelle une conserverie de poissons s’est installée.
Après sa faillite, les pêcheurs restent sur l’île et se regroupent autour de l’unique port.
Aujourd’hui hui, c’est la destination de loisirs depuis Lanzarote , belles plages, de très beaux fonds marins.





Notre mouillage à Playa Franceca


Nous laissons notre annexe sur la page pour aller au village à 30 minutes de marche



Le port de Caleta Del Sebo
On arrive ici uniquement en ferry depuis le port d’Orzola


Les rues du village 
Paradis pour les enfants, plus de chaussures 
Village de Caleta de Sebo




L’église au centre du village


Ballade au sommet du petit volcan qui domine notre mouillage

Une petite plante a retrouvé vie


Lave couleur rouge et ocre


Makani vu depuis le sommet

La crique Bahia Cocina avec des fonds marins superbes


Descente sur l’autre face du volcan

On arrive sur une crique déserte
Superbe plongée en masque et tuba
Des gros poissons multicolores semblent nager sans souci



Falaises et grottes au pied de la plage


Dimanche 03 Septembre 2017 - Port d’Arrecife - Lanzarote

Nous levons lancre, cap à lOuest pour la marina Lanzarote

Makani au quai de la Marina

Marina toute neuve et agréable
De nombreux commerces et services - bar, restaurant, boulangerie, magasins de vêtements et chaussures, salle de sport, salle de jeux pour enfants, office de tourisme...


Place centrale de la Marina


Le long du quai


Avis navigateurs : Marina à recommander pour laisser le voilier et louer un vèhicule.
60€ les 2 jours mais la prendre en centre-ville.
Sanitaire impeccable, machine à laver le linge (4€)
Personnel très agréable
L’ambiance est chaleureuse sur les pontons.
Le centre ville est à 10 minutes à pied

Prix de la place : 25 €environ pour un 14m
A ce jour, pas besoin de réserver car il y a de la place.
On peut y laisser le voilier pour plusieurs mois, le prix est très correct
Derrière le port, on trouve des ship, des magasins de pêche... On y trouve de tout.

La ville d'Arrecife est l'ancienne capitale de l’île depuis 1847.

Au début du XXème siècle, l’économie de l’île est dynamique grâce à l’exportation de la cochenille, un insecte qui se développe sur le nopal,
 un cactus très répandu à Lanzarote.

Sèchèe et broyée, on obtient un colorant rouge carmin


C’est à Arrecife que se concentre l’essentiel de l’activité économique de l’île. 
Activités de pêche, conserverie de sardines allant de pair 
avec l’exploitation des marais-salants 
pour la conservation du poisson.

Le musée d'Histoire


Le petit port du centre-ville



Rues piétonnes du centre


Nos louons une voiture avec nos amis du voilier «  Yakayalé » et durant deux jours, nous parcourons l’île.

Mardi 05 Septembre 2017 : La côte Ouest


Première visite et première grande sensation : le Parc National de Timanfaya
Situé au Sud de l’île . Espace naturel protégé




Les éruptions volcaniques de Timanfaya ont eu lieu il y a 3 siècles.
Entre 1730 et 1736, les volcans émergent, les coulées de laves submergent villages et terres cultivées.
Durant six longues années, toute la partie Sud de l’île est plongée 
dans un gigantesque nuage de fumées sulfureuses.
Les habitants se réfugient au nord de l’île, beaucoup la quitte malgré la peine de mort encourue.

On y ressent une atmosphère particulière

Montanas  del  Fuego Des paysages rares et fragiles
Montanas  del  Fuego

Au début, c’est le gris dans toutes ses nuances qui domine partout 
puis on distingue d’autres couleurs, 
la lave noire et ponctuée de bruns, de rouge, d’ocre et de verts.



Les paysans habitués aux conditions adverses font preuve 
d’une extraordinaire capacité d’adaptation et se remettent rapidement au travail. 
Ils découvrent que les cendres «  les lapilli » protègent les racines des plantes de la sècheresse 
et du vent et permettent de maintenir de la rosèe et des rares pluies.


C’est ainsi que la culture de la vigne, 
déjà largement répandue dans les îles les plus occidentales se dèveloppe à Lanzarote.
Chaque pied de vigne est entouré par un muret de pierres de lave


En milieu d’après midi, nous allons nous baigner à la pointe Sud de l’île.
Un chemin en terre battue nous amène au bout de 20minutes, sur de belles plages



Punta Del Papagayo




En fin d’après midi, nous prenons la route du littoral entre les Salines de Janubio et El Golfo
Cette route nous laisse un étrange et puissant souvenir.
Des coulées de lave pétrifiées constituent l’unique décor


Source bouillonnantes de Los Hervideros



La mer s’engouffre dans des grottes dans un bruit assourdissant


On peut suivre la mer du regard 


Les deux capitaines Alain et Jacques

Sentier labyrinthique au coeur d’un univers impressionnant

Village del Golfo

On prend un chemin pédestre à l’entrée du village qui nous mène à une lagune



Mercredi 06 Septembre 2017 : Côte Nord - Nord-Est de l’île

Nous partons tôt car nous voulons monter au sommet de Picco Corona 


Le sentier est facile. Il  part derrière l’église du village de Ye

Pause café avant de grimper au sommet



Nous traversons des champs de vigne
La face intérieure du cratère

Il ne faut pas trop s’attarder à proximité de la faille

Après 2 heures d’effort, c’est la récompense

Le fond du cratère

On commence la descente dans le cratère

Jacques et Anita se décident pour descendre au fond


Anita au fond du cratère - Quelle émotion -


Nous poursuivons notre ballade de la côte Est mais en raison d’une grève prolongée, nous ne pourrons pas visiter les grottes, le jardin des cactus...

Nous passons par le Mirador Del Rio
Point de vue aménagé par l’artiste et architecte  Cèsar Manrique


Vue sur Graciosa depuis la pointe du Mirador

Pause déjeuner dans le village de Mujeres
Petit village de pêcheurs



Village de Haria

Cactus géant

Visite de Teguise, ancienne capitale de l’île, comme figée dans le temps

La plazza de la Constitution



Aujourd’hui, on a pratiquement oublié le passé de l’île fait de pêche, d’artisans et du laborieux travail de la terre, de la culture de l’eau, l’art de tirer profit de la moindre goutte.

Aujourd’hui , les zones agricoles se sont désertifiées et c’est l’économie du tourisme qui a pris le pas sur toute autre forme de production économique locale.
La montée au cratère de Timanfaya à dos de chameau

Le reste de la semaine est consacrée à l’entretien du voilier, l’avitaillement et bien sur, quelques apéro à bord et chez les amis voileux rencontrés au port.
pour la plupart, nous étions déjà ensemble à Graciosa.

Samedi 09 Septembre 2017, l’équipage de Makani met le cap sur l’île de Fuerteventura




Aucun commentaire:

Publier un commentaire