vendredi 18 juin 2021

LE BELIZE

 


                                                            QUELQUES PRECISIONS  
                        AFIN DE MIEUX COMPRENDRE NOTRE NAVIGATION AU BELIZE :

MAKANI II est un MONOCOQUE dériveur intégral avec un tirant d’eau de 1,05m/3m
On navigue sans radio, sans AIS car nous avons fait le choix de ne pas nous déclarer dans ce pays où la clearance est très compliquée et très onéreuse. Agent obligatoire, plein de taxes locales et en prime un test PCR. 
Au total, c’est 1000$ qu’il faudrait débourser pour être légaux au Belize. 
Ce sera sans nous.
A la sortie du Mexique, notre zarpè est à destination de Livingston au Guatemala. 



Jeudi 20 Mai 2021 : Journée marathon pour préparer notre sortie du Mexique


Tout d'abord, le capitaine s'aperçoit que la 2ème bouteille de gaz est presque vide dû certainement à une fuite sur le détendeur.

On fonce à 9heures faire remplir nos 2 bouteilles américaines au bout de l'île. Un chauffeur de taxi très sympathique nous conduit et nous attend pour nous ramener à notre dinghy ( 150MXN très correct)

On verrouille les bouteilles dans le dinghy resté sur la plage près du "Roja Balena Tiberon" puis direction le centre-ville à pied (10mn environ)

Arrivés à la capitainerie munis de toutes les photocopies et originaux, nous entamons la procédure de check-out. Après avoir payé la somme de 361 MXN à la banque voisine, on attend encore 1h.

Puis, après avoir demandé à quelle heure les papiers seront près, on nous demande de revenir à 13h car le capitaine ne peut pas signer, il est occupé.

J'ai rarement vu une administration si lente. 

Munis du précieux "Despacho" nous courons à l'immigration pour tamponner nos passeports. Cette fois, la chance est avec nous. Une charmante fonctionnaire sur le point de partir nous vise nos passeports.

Voilà , nous sommes autorités à quitter le territoire Mexicain.

Nous attrapons un bus pour descendre au supermarché et faire notre approvisionnement pour 3 semaines de mer.

Et récupérer notre linge qui devait être prêt la veille.

Retour en taxi, chargement des courses dans le dinghy, déchargement des vivres. rangement, organisation du frigo...

Pas facile lorsqu'on est au mouillage.

Envoi par mail à notre agent des documents nécessaires pour notre entrée au Guatemala dans un mois.

Et voilà, nous sommes près pour lever l'ancre demain matin.

Vendredi 21 Mai 2021 : Cap sur le Bèlize - 350Mn

Le Belize est situé en Amérique Centrale entre le Mexique et le Guatemala, avec en toile de fond, la très connue barrière de corail dans la Mer des Caraïbes.

Un chapelet de plus de 400 îles-petits îlots, la plupart inhabitées, sauvages.

La navigation est difficile et stressante car les patates de coraux sont partout et les hauteurs d'eau sont très souvent faibles.

PREVISION NAVIGATION BELIZE


LE BLUE HOLE - UN CEMOTE SOUS MARIN  RENDU CELEBRE PAR COUSTEAU -
DE 125 M DE PROFONDEUR
 ET 300M DE DIAMETRE




Samedi 22 Mai 2021 : Mouillage au Sud de l'île de Cozumel - 20°29.09 N / 86°58.43W

On passe la nuit à l'ancre entre les 2 pontons des bateaux de croisière, un endroit que l'on avait repéré lors de notre séjour avec Guy et Patricia.

AVANT LE COVID, 5 BATEAUX DE CROISIERE
 PAR JOUR ACCOSTAIENT A COZUMEL
AUJOURD'HUI, PLUS AUCUN  


Dimanche 23 Mai 2021 : Baie de l’Ascension  - 19°47.25N / 87°30.22 W

Nous jetons l’ancre devant Punta Allen, un petit village de pêcheurs, situé dans la baie de l'Ascension.


3 voiliers sont au mouillage, dont un couple de suisse avec 2 petites filles rencontré à Islas Mujures
La zone de mouillage est assez éloignée du ponton des lanchas où on peut laisser notre dinghy.
Punta Allen est isolé du reste du pays, au milieu de la jungle entre mer et lagune. Un chemin de terre (60km et 3h de voiture) relie la ville de Tulum 
Le village aux rues de sable est déserté par les touristes, encore un effet du COVID.
La plupart des hôtels et des bars sont fermés.









Notre carte téléphone pré-payée Tectel ne fonctionne pas sur cette presqu’île et le réseau wifi défaillant.

Mercredi 23 Mai 2021 : Clinique de Tulum

Anita est malade depuis plusieurs jours. Elle a sans cesse envie de vomir. Très fatiguée, elle dort 15heures par jour et ne peut rien avaler depuis plus de 10 jours. Ça ressemble à une intoxication alimentaire.

Nous descendons à terre pour consulter le médecin du village qui lui fournit des médicaments et nous conseille d’aller à la clinique de Tulum faire des examens.
LE PONTON DES LANCHAS OU LE DINGHY RESTERA 4 JOURS


La consultation et les médicaments sont gratuits ( Interdiction à la vente inscrit sur les boîtes)
On donne ce qu’on veut.
Le local ressemble à un cabinet de brousse. Pas d'électricité (le médecin utilise la lampe torche de son téléphone portable!!!), une porte d'entrée protègèe avec du grillage, mais une grande  étagère où sont bien rangés et étiquetés de nombreux médicaments.

La navette qui va à Tulum chaque jour est déjà partie à 8heures comme tous les matins.
On rencontre un policier qui moyennant 60$ nous conduit à Tulum par la seule route praticable.
Son véhicule est en mauvais état, les amortisseurs usés mais après 3 heures de route de terre, il nous dépose à la clinique où une équipe médicale prendra rapidement en charge Anita.
Le médecin lui passe une poche de glucose mélangé à un anti-vomitif.
En fin d’après midi, elle ressort avec une ordonnance d’antibiotique et autres médicaments.

Nous restons à Tulum 3 nuits dans un petit hôtel climatisé avec un petit resto, proche de la clinica afin qu’elle récupère.

LE MESTIZO GALLERY


Les gérants Mexicains sont très gentils et le cuisinier prépare spécialement pour elle de la purée…



Alain en profite pour consulter également un médecin à la clinique le lendemain matin. 
Deux gros boutons de soleil se sont infectés à force de les gratter et son avant bras est enflé et bleuté.
Il prendra lui aussi des antibiotiques.
On surveille régulièrement notre voilier au mouillage à l’aide de notre balise tracker «  Dolink »
Nous ne sommes pas trop inquiets car la baie est fermée et le vent ces prochains jours est très calme.

Vendredi 28 Mai 2021 : Retour sur MAKANI II

Notre sèjour à Tulum s'achève.
On monte à bord du collectivo (10$ chacun) qui part de Tulum chaque soir vers 16h30 pour rejoindre Punta Allen.
Le véhicule est très ancien, les portières à glissière ferment avec un fil de fer.
Nous sommes les seuls passagers pour Punta Allen. Quelques travailleurs descendront en route.
On s’arrête en ville à plusieurs reprises car le chauffeur fait quelques courses pour les gens de Punta Allen et aussi pour des personnes isolées sur la route ( médicaments, produits frais…)
Il a une grande glacière mais pas de clim.
La route qui mène à Punta Allen passe à la fin du village de Tulum, là où sont construits les plus beaux hôtels de la ville en front de mer.
Vendredi soir, des centaines de touristes se massent à pied, en vèlo, en voiture créant des embouteillages incroyables. Plus d’une heure est nécessaire pour sortir de la ville.
Lors de notre visite de Tulum avec Guy et Patricia, nous n’avions pas vu ce côte de la ville.
Cele ne donne vraiment pas envie.
Ce chauffeur mexicain de 78 ans est un ancien pêcheur de Campèche. Il fait ce service chaque jour depuis 18ans.
On aura droit à de la mauvaise musique sortie de son vieux téléphone portable tout le long du chemin.
Il a ces petites habitudes - un petit café à la sortie de Tulum, une bouteille de jus de fruit plus loin - puis plus rien que la mangrove et le jungle pendant plus de 3heures.
Il nous raconte des histoires de crocodiles, de panthères… Pas rassurant, avec la nuit qui tombe sur ce chemin de terre.
En soirée, j’aperçois à plusieurs reprises des yeux qui brillent dans la nuit, des animaux genre "Coatis" qui traversent la route.
Le chemin de terre est long et cahotique. Il traverse la jungle avec d'un côté la mangrove et de l'autre la mer.
Vers 21h, on aperçoit de la lumière et le village de Punta Allen. On sait que notre dinghy est accosté au ponton des lanchas qu’il va falloir le rejoindre en traversant une partie non éclairée dans la mangrove.

Je pense aux crocodiles,  à ceux que l’on a vu de trop près au Costa Rica.

LES CROCODILES DU COSTA RICA


Si le Captain m’avait proposé de dormir à l’hôtel cette nuit, j’aurai sauté de joie.
Allons, courage on y va. Après les événements de ces derniers jours, on pourra bientôt souffler.

Muni de la lampe torche de mon téléphone portable, je scrute les environs ; rien d’anormal.
Le dinghy est toujours là, 2 villageois nous disent s’être inquiétés de voir notre embarcation au ponton depuis 4 jours.
Ils nous disent au revoir d’un signe de la main.
Maintenant, dans la nuit noire, il faut retrouver notre voilier. Au loin, une lueur, puis quelques scintillements de la lampe de mouillage.
Les 3 autres voiliers sont partis donc difficile de se repérer.
Une fois monté à bord, tout est normal.
Le policier avait raison. Dans ce village, il faut avoir peur des panthères, pas des voleurs.
Je suis encore bien fatiguée mais heureuse d’être guèrie..
On va pouvoir reprendre notre descente sur le Guatemala.



Samedi 29 Mai 2021 : Départ de Punta Allen

Vers midi, Makani II reprend la mer pour 8Mn et s'ancre à Cayo Calubra, dans la baie de Bahia Del Espiritu.


Dimanche 30 Mai 2021 : Bahia Del Espiritu

Mouillage pour la nuit juste derrière la barrière de corail entre de nombreux casiers de pêcheurs.
Ce dimanche est un peu triste pour moi.
C’est la fête des Mères et en même temps le jour anniversaire de ma fille Sindy.
Nous n’avons pas de réseau internet donc pas moyen de passer un petit appel pour l’embrasser.
C’est le coeur gros que je vais me coucher.




Lundi 31 mai 2021 : Banco Chinchorro ( Mexique )  Cayo Norte 18°45.74 N / 87° 18.86 W

Mouillage par 2m d’eau à l’entrée de la passe. 
Descente à terre en dinghy , mais c’est assez loin et l’arrivée sur la plage pas facile car pas beaucoup d’eau.
Promenade rapide car nous sommes dans le domaine interdit de la Marine.

Juste le temps de rencontrer 2 militaires qui nous demande des bières et du rhum, que l’on n’a pas bien sûr dans notre sac à dos.
On leur propose de venir les chercher au voilier mais impossible var le moteur d leur bateau est en panne.
Déçus, ils nous regardent s’éloigner. 


Mardi 01 Juin 2021 : San Pedro - 17°54.696 N / 087°57.666 W

La route est longue depuis le Nord de Banco Chinchorro , environ 90Mn
Nous avions décidé de faire un mouillage au Sud de Banco Chinchorro (Mexique)  pour raccourcir la route pour San Pedro mais le Captain ne le sent pas et décide de mettre le cap sur le Bèlize avant un bon vent arrière.
C’est la course contre la montre, on doit arriver dans la passe réputée difficile avant la nuit.
A la nuit tombante, MAKANI II se dirige sur le feu devant la passe. Les vagues déferlent de chaque côté de la barrière de corail.
LA BARRIERE DE SAN PEDRO

Une fois arrivé à hauteur de la bouée blanche, il faut virer à 90° pour passer entre les 2 barrières. 
Quelques 15mn plus tard, la nuit nous aurait empêchée de tenter cette passe.

Nous sommes seuls au mouillage  par 2m de fond devant la ville de San Pedro qui a l’air charmante. 

BEAUCOUP DE CLUB DE PLONGEE 








Mercredi 02 Juin 2021 : Cay Caulker - 17°44.950 N / 088° 01.830 W 



On quitte San Pedro à 9h pour 10Mn de navigation très stressante. La marée est basse, même si 10/15cm de marnage, MAKANI II flotte pendant plus d 2 heures dans 1,50/2m d’eau.
L’eau est super claire et on voit nettement le fond avec sable et rochers.

Quand soudain, je pense que je pourrais me tenir debout au fond de l’eau, j’arrête de regarder les fonds.
Après 5Mn, on retrouve un peu d’eau, le sondeur affiche 2m. On envoie le génois jusqu’à Cay Caulker où on mouille par 2m de fond. 
En fin d’après-midi, on descend à terre pour visiter cette jolie petite île, aux airs de Jamaique. 





Les gens se délacent en voiturette de golf, marchent pieds-nus dans les rue de sable. 







La population est mi Maya - mi Rasta. La langue officielle est l’Anglais mais on devine quelques dialectes.



Nous faisons quelques courses, produits frais. Les petits commerces sont bien achalandés. Le temps semble s être arrêté ici. 





Au bar de « Iguana Bech Bar «  ou l’on a laissé notre dinghy, on fait la connaissance de « Jim « un Australien très sympathique, marié à une japonaise, vivant  à San Francisco.



Il nous prête sa connexion internet pour consulter nos mails, wattshap et prendre la météo.
Puis on rencontre un couple de Français qui sont arrivés en début d’année au Belize pour y faire du charter 
Toujours interessant pour recueillir des infos sur l’île.




On apprend que sur Bèlize, la plupart des déplacements d’une île à l’autre se font en hélicoptère ou en petit avion.
Jim ira d’ailleurs survoler le « Blue Hole «  demain en hélicoptère.
Après un dîner dans un resto local, on reprend le dinghy pour rentrer au voilier qui malheureusement n’est pas éclairé. Le feu clignotant de mouillage de fonctionne pas. Pas facile de localiser notre voilier dans la nuit noire.




Jeudi 03 Juin 2021 : Saint Georges Cay - 17°33.385 N / 088°050.999 W

Nous levons l’ancre à 8h. La passe de Porto Stuck est bien en vue. On sait que l’on va trouver  un passage d’1,30 m. Les bancs de sable sont bien visibles et des piquets sont la pour aider mais pas facile de s’y retrouver.

MAKANI II a un tirant d’eau de 1,05m. 
Le sondeur affiche 0,90m avec 0,30m de pied de pilote on a en fait 1,20m d’eau sous notre coque. 
Rien de rassurant. 


On ralenti le moteur pour passer en douceur au cas où on touche.
Le sondeur remonte à 3m, on peut envoyer le gènois pour gagner Saint Georges à la voile. 
A midi, on jette l’ancre par 2m de fond.
Par sécurité, on reste à bord car trop de vent.



Vendredi 04 Juin 2021 : Spanish Lookout Cay - 17°25.057 N / 088°04.413 W


Encore une matinée de stress pour le capitaine. Depuis St Georges Cay, on doit trouver la passe de « Ships Bogue » en face de Bélize City. Le chenal est bien profond, entre 5 et 9m d’eau mais l’entrée est étroite. 
On repère aux jumelles 3 branches d’arbres plantées au milieu. C’est ici qu’il faut virer à tribord pour prendre la passe. Attention, c’est pas large et de chaque côté, il y a entre 0,4 et 0,7m d’eau. Si on se loupe, on reste ensablé, pas terrible avec un bateau de 15T.
Très concentré, le captain assure et trouve la passe . Au Belize, pas besoin de connaître les cardinales , elles sont remplacés par des pieux en bois, parfois éclairés ou très souvent des branches d’arbre.


Les cartes sont approximatives. Nous utilisons Ie logiciel de navigation I Sailor, pas trop mal détaillé avec en toile de fond, les cartes papiers de Tom Rauscher.
On laisse Bèlize City à Tribord ainsi qu’un chantier sur une petite île.

BELIZE CITY




La navigation se fait au moteur car nous avons le vent de face. 
A 11heures, on jette l'ancre par 4m de fond au Nord de Spanish Lookout Cay. 



Dans l’après midi, on essaie de trouver un endroit pour débarquer sur l’île mais rien que de la mangrove et le côté qui semble habité se situe de l’autre côté, c’est trop loin et trop de courant.

Sur ces îles, on constate que beaucoup de propriété et d'hôtels sont fermés au public et les gardiens sont toujours des molosses avec qui on ne discute pas.



Retour au voilier, partie de Rummikub et bière.
Depuis que nous sommes au Bèlize, nous avons recommencé à regarder un film chaque soir.


Samedi 05 juin 2021 : Ile Robinson - 17°21.705 N / 088°11.517W

PECHEUR DE LAMBI

Départ à 8h30. On vise le canal et sa bouée rouge pour rejoindre l’île de Robinson que l’on connaît pour y être rester 3jours lors de notre montée au Mexique.

On sait qu'on y sera à l abri. En effet, le vent souffle fort ce prochain jour  (20Nds), et même avec sa petite voile d’avant MAKANI va trop vite. Au Bèlize, il est prudent de naviguer doucement au cas ou l’on touche sable ou rocher.

A peine arrivés, un pêcheur vient sur sa pirogue nous échanger des poissons contre de l’ail, 2 bières et 2 boites de conserve.

Un autre nous vend 5 grosses langoustes pour 30$.
Il est guatémaltèque et vit ici de la pêche. Il nous avait vu depuis sa cabane 3mois auparavant lors de notre 1er passage en montant sur le Mexique.

CABANE DU PECHEUR




Dimanche 06 Juin 2021 : Colson Cays - 17°08.029 N / 088°04.791 W

Départ 9h - Arrivée 12h
Le vent d’Est se renforce avec des rafales à 22 Nds. Sous génois seul, MAKANI II file à 7Nds avec 20m d’eau sous la quille.

MAISON ISOLEE SUR UNE ÎLE CERTAINEMENT PRIVEE

On jette l’ancre à l’abri au fond de la baie par 2m de fond de sable.
Une barque avec 6 hommes à bord reviennent de la pêche et nous vende un petit prix pour lambis- poisson et langoustes. Ils ont soif et faim ; on leur offre des biscuits, du coca, de la bière et du rhum.


Le lambi est une espèce de mollusque marin trouvé en zone équatoriale et tropicale de l'Atlantique ouest, notamment aux Antilles et en Floride. Pouvant atteindre 30 cm et 1,5 kg, il consomme des algues et divers débris végétaux
 (source Wikipedia)


Motivés, on plonge à notre tour pour repérer des langoustes. A l’aide de son crochet artisanal, le Captain ramène 4 belles langoustes.
Quelques bons repas pour les prochaines jours.



Dans la soirée, un catamaran de location avec 6 personnes à bord mouille non loin de nous. 
Le premier voilier que l’on rencontre au Belize.


LA CABANE DES PECHEURS


Lundi 07 Juin 2021 : Tobacco Range - 16°54.310 N / 088°05.105 W


Navigation toujours au Sud pour être le 16 juin au Guatemala.
A midi, on jette l’ancre par 3m de fond et comme chaque fois, on contrôle en masque et tuba qu’elle est bien accrochée.
Il faut la relever car elle est coincée sous un rocher au fond d’un énorme trou.
Encore un moment de stress car on ne sait jamais comment ça va finir.
Finalement après 10minutes, on la décroche et on remouille plus loin.
Ici, les fonds sont inégaux, des plateaux de sable herbeux puis des énormes trous avec des rochers.


Mardi et Mercredi  08/09 juin 2021: Northeast Cay - 16°41.022 N / 088°11.454 W

Le vent a faibli ce matin et souffle maintenant à 15nds. La navigation est confortable sous génois seul, vent de travers.
Nous laissons à Tribord un chapelet d'îles - Blue Ground Range, Steward Cay, Great and Butter Cay...







A l'approche de l'île, on voit aux jumelles une grande trace marron (donc pas d'eau) dans la passe que l'on voulions emprunter.



On démarre le moteur et l'on contourne les îlots par le Sud pour se retrouver dans un petit lagon très profond (20m) et très protégé.
Nous prenons un coffre marqué "Restaurant $".
Ici, le vent N/E peut souffler, nous serons bien à l'abri.








Et là, surprise, nous captons la wifi de ce seul restaurant sur l'ilot. Aussitôt, nous passons quelques appels en priorité à la famille. Ça fait un bien fou après plus de 10 jours sans contact.

En milieu d'après midi, une jeune femme en kayak vient nous voir pour nous réclamer une taxe pour la bouée.
"Pas de souci, on vient diner chez vous ce soir"- OK c'est parfait - It's free for you -




AMBIANCE TRES FAMILIALE



Le repas servi est à base de  poissons et de lambi. Le mari est fisherman, il est originaire de Floride et il a construit ce petit complexe pour y vivre toute l'année avec sa femme et sa fille qui est arrivé ici à l'âge de 3mois. Elle en a 8 maintenant, fait l'école à la maison et plonge en apnée à 10m.

En milieu d'après midi, petit tour en annexe autour des îlots dans la mangrove


                                                    PLONGEE SUR LA BARRIERE DE CORAIL
                                                                            MAGNIFIQUE







Jeudi 10 Juin  2021: Lagoon Cays - 16°37.729 N / 88°12.653 W

Après 2 très agrèables journées passées à Northeast Cays, on reprend la mer pour descendre toujours au Sud.
Mouillage devant Lagoon Cays, une île à vendre .
L'endroit inhabité n'a aucun interêt pour nous. Impossible de trouver un passage dans la mangrove pour descendre sur l'île.
On partira tôt le lendemain matin





Vendredi 11 Juin 2021 : Rendez-vous Cay - 16°33.00 N / 88° 06.230 W


En quittant Lagoon cay, on aperçoit sur tribord une petite île non marqués sur la carte.




On parcourt les 10Mn allure au prés mais le vent nous lâche à 3Mn de l’arrivée. On enclenche le moteur et on passe entre 2 hauts fonds pour raccourcir notre route.

Il faut se rapprocher du rivage pour jeter l’ancre sur le plateau  (3m) car il y a beaucoup de fond (20m)

Pas de touriste ici.




L’île a un nouveau propriétaire et 3 ouvriers construisent un petit complexe hôtellier.

Un d’entre eux avec son chien nous autorise à nous promener sur l’île.



                                        Au Nord de l’île, une belle vue  de carte postale.



On plonge avec masque et tuba mais rien de vraiment beau.



Samedi 12 Juin 2021 : South Long cacao - 16°29.630 N / 88°12.948 W






Vers 9h, nous levons l’ancre sous une pluie fine. En début de nuit, du vent, de gros orages avec de beaux éclairs ont illuminé le ciel.

Ce matin le vent est tombé, on avance tranquillement à 4Nds.


A l’approche de l’île, il faut bien s’écarter pour éviter les hauts fonds que l’on voit bien en se postant en vigie à la proue du voilier avec le soleil dans le dos.

Ici aussi, des fonds de 20m puis un plateau où l’on mouille par 4m de fond.


L île est bien entretenue mais paraît déserte. Elle est privée et aménagée en club de vacances, le jeune gardien Guatémaltèque est désolé mais il ne peut pas nous laisser visiter, ni se promener. 





On échange quelques mots avec lui sur le Guatemala et on remonte dans notre dinghy.






Dimanche 13 Juin 2021 : Ranguana Cay - 16°19.898 N / 88°09.224 W


Encore des orages toute la nuit, mais le soleil est revenu. Par contre, on met le moteur sur les 15MN qui nous sépare de notre prochain mouillage car il n’y a pas du tout de vent.

C’est la 1ère fois depuis un mois qu’on utilise notre moteur en permanence, jusqu’à présent, il nous a servi pour faire les approches des îles.

Tant pis, le capitaine grincheux (il n’aime pas le moteur) sort ces lignes et pêche car pour une fois, les sargasses ne polluent pas la mer.

Il est temps de prendre du poisson car nous avons épuisé tout notre frais, mais rien.


On laisse une petite île paradisiaque à tribord

MAHO CAY


A l'approche de Ranguana, 
 on distingue aux jumelles une île toute ronde et toute petite

 avec des bancs de sable de chaque côté.






Au moment de descendre l’ancre, le capitaine crie - "non pas maintenant il y a un dauphin sous l’ancre » mais les fonds baissent-  « GO -  il va bien se pousser »

Finalement, notre mouillage ne nous convient pas, trop près des 2 récifs si le vent du N/E se lève.

On la relève pour aller la jeter plus loin par 5m d’eau.



Notre ami le dauphin voulait certainement nous avertir du danger.


Quelques touristes viennent de Placencia à 1h de lancha  pour profiter du dépaysement. 

Ils arrivent le matin et repartent vers 15h, certains y restent 1 ou 2 nuits.

Ils ne sont jamais très nombreux.


On débarque en dinghy sur cette minuscule île. 

UNE BIERE BIEN APPRECIEE



TROIS CABANAS POUR LOGER LES TOURISTES



Le soir venu, Fredy le manager nous a fait préparer une assiette de riz-coco accompagné d’une très bonne côte de porc.




BIERE ET PINACCOLADA  EN APERO


L'EAU POTABLE EST LIVREE SUR UNE BARGE



Le lendemain matin,  de bonne heure, on plonge du dinghy sur les récifs coralliens juste derrière l’île.

On y voit une «  Caraïbe Raie » , un « baby requin …




Petit arrêt au retour de snorkeling pour se désaltérer au bar avec un verre de limonade citron.


                                            MAGNIFIQUE  PETIT COIN DE PARADIS






Lundi 13 Juin 2021 : Seal Cay - 16°10.105 N / 88°. 20.388 W


Encore un jour sans vent et 12MN au moteur. Le capitaine est encore « ronchonchon »

Mais le sourire revient lorsqu’on jette l’ancre sur une tâche claire - du sable - par 4m de fond devant Seal Cay.


QUELQUES PECHEURS VIVENT ICI


SEAL CAY EST ENTOUREE DE CORAUX


                                        Tout autour des têtes de coraux à ne pas abîmer.



                                                                      Un cadre enchanteur

DES COQUILLES DE CONCHES DEPOSEES PAR LES PECHEURS FORMENT UNE PETITE COLLINE AUTOUR D UN ARBRE




                                On plonge sous le voilier sur des fonds magnifiques






Mardi 15 Juin 2021: Cabo Très Punta - Guatemala 





Après 20MN, nous hissons le pavillon de courtoisie du Guatemala et en dessous le pavillon jaune ou Q ( il est obligatoire pour signaler aux autorités qu'ils peuvent monter à bord pour contrôler et que l'équipage va procéder aux formalités d'entrée dans le pays)


Nous croisons 2 cargos qui sortent du port de Puerto Barrios au Guatemala puis se rendre à Bèlize City.

Nous allumons notre AIS afin de se faire bien voir.

Aussitôt, ils changent de quelque degrés leur route car nous sommes sous voile.






L'eau est maintenant verte, mais c'est très paisible avec tout plein de pêcheurs qui lancent leur filet depuis leur barque. Ils sont souvent en famille, femme et enfants.



Mercredi 16 Juin 2021: Port de Livingston - Guatemala 

Après un bon petit déjeuner avec du pain frais fait la veille, nous levons l'ancre pour le port de Livingston situé à 15Mn à l'entrée du Rio Dulce.



Le passage est délicat pour les bateaux à fort tirant d'eau. Nos amis de Manoir ont du attendre un grand coefficient de marée pour sortir fin Avril. Malgré tout, un bateau à moteur les a tiré et un autre les a couché pour franchir le seuil.
Makani II avec ces 1,05m passe bien à condition de bien laisser la bouée rouge à bâbord en entrant.








                        PORT DE LIVINGSTON  - L'EAU EST MAINTENANT DOUCE -


Pendant plus d'une heure, nous appelons à la VHF canal 16 les autorités et Raoul notre agent qui nous assiste pour les démarches d'entrée.

En désespoir de cause, c'est en dinghy que nous allons demander au militaire qui surveille le port de contacter notre agent afin qu'il vienne à bord avec les autorités.
Nous ne posons pas le pied à terre car il nous faut un test Covid .

Elso, le cousin de Raoul qui travaille au bureau de Livingston arrive en lancha avec un douane, un agent de l'immigration, un phytosanitaire....
On leur remet nos passeports, nos documents du Mexique, on rempli l'imprime pour l'immigration.

On peut maintenant descendre à terre mais uniquement pour se rendre en Tuk-Tuk au dispensaire réaliser un test antigénique accompagnés de la secrétaire de notre agent.
Test Négatif, nous sommes libres de circuler dans le village.


En attendant 14h pour récupérer nos documents, nous déjeunons dans un petit resto local - El menu del dia - Poulet -riz- pomme de terre - jus naturel d'ananas pour 4,50€ à deux.
On recharge la carte de tèlèhone Claro laissé par Manoir.

A 15h, on lève l'ancre pour Texan Bay à 1h de navigation, dans le Rio Dulce pour y passer la nuit.





            La remontée du Rio est toujours aussi spectaculaire. Nous sommes sur le territoire Maya.




















Jeudi 17 Juin 2021 : Marina Nanajuana - Rio Dulce - Guatemala

Après 2 nuits au mouillage devant la marina pour désarmer le voilier,  nous mettons Makani II au sec à la marina pour plusieurs mois.



Nos amis de Balladin II sont heureux de nous retrouver
Ils nous apprennent que Manoir qui effectuait la transat retour a démâté après Carthagène en Espagne.
Personne n'est blessé heureusement.
Cathy est rentré en France et Luke est resté sur place.
On est triste pour eux qui avait fait une si belle navigation de Saint Martin aux Açorces. 


LE BELIZE, UNE TRES BELLE AVENTURE 
DECOUVERTE DE 16 ILES




Mardi 29 juin 2021 : Retour en Europe - 




Nous volons avec Air France avec 2 stop (Panama et Paris).
Notre avion se posera à Genève le 30 Juin 2021 dans la soirée.
RV est pris à Guatemala City pour le test PCR ( Blue Mèdical - 671 Q)
Un petit appartement conseillé par l 'équipage de BALALADIN II nous attend pendant 2 jours à Guatemala City.

Nous sommes tout excités à l'idée de retrouver nos enfants et nos petits Lou Lou qui nous manquent tant.


L'Equipage de MAKANI vous souhaite un très bel été et vous dis à très bientôt pour la traversée début 2022 du Pacifique - enfin peut être ...COVID....

3 commentaires:

  1. Merci pour ce beau voyage que nous n'avons pas pu faire
    Bon retour; nous toujours aux Açores on rejoindra la péninsule ibérique mi juillet
    A bientôt sur la route du Pacifique (on espère !)

    RépondreSupprimer
  2. Bienvenue en France !
    Le climat et la chaleur ne sont pas d'actualité en ce moment mais les retrouvailles avec la famille vont réchauffer vos cœurs
    Toujours aussi agréable de pouvoir nous faire vivre et suivre votre périple.
    Bon séjour en France
    Bises à vous deux et à toute la famille

    RépondreSupprimer