mardi 29 septembre 2015

D’Alicante à Cartagena - Espagne -

Vendredi 25 Septembre 2015 : Mar Menor

La Mar Menor est une lagune. Un cordon litoral que l’on appelle la Manga long de 21 km la sépare de la mer Méditerranée.




Levée de l’ancre vers 10heures pour rejoindre la lagune de Mar Menor, 42 Mn plus au sud.
Allure au près, 12noeuds de vent, nous sommes à 2Mn de l’entrée de Mar Menor quand le moteur baisse de régime, puis repart et ceci plusieurs fois.
Nous sommes inquiets car il ne faudra pas qu’il s’arrête pour rentrer dans le chenal.
Nous préparons la trinquette au cas ou.

19h15 : On s’engage dans le chenal , un bateau espagnol est à l’ancre au milieu, il attend l’ouverture du pont.
Le chenal avec la bouée babord
On s’approche d’eux, ils nous expliquent que le pont ouvre à 20heures et qu’il ne faut pas trop s’écarter du chenal car celui ci est dragué à 3m peut être moins pas endroit.

Nous jetons l’ancre à côté d’eux pour attendre.
Vers 19h45, trois bateaux que l’on avait aperçu derrière l’île Grosa arrivent aussi et à 8heures nous franchissons en convoi le passage qui ouvre sur une immense lagune.
L île Grosa
Le chenal d’entrée et de sortie de la lagune






Il fait presque nuit et nous jetons l’ancre en face des restaurants, en prenant soin de s’écarter des casiers et filets de surface très nombreux.

Une bonne nuit nous attend car on dirait un lac, rien de bouge.
On voit les filets tout près du voilier

Samedi 26 Septembre 2015 : Entretien moteur 
Le capitaine change le pré- filtre à gasoil, ajoute un pré-filtre avant la poire d’amorçage et nettoie la poire obstruée par des impuretés.
C’est la raison pour laquelle le moteur cherchait son carburant et ralentissait.
Nous avons été sérieusement brassé depuis notre arrivée sur les côte Espagnole et le réservoir à carburant aussi.
Il faudra penser à le nettoyer à nouveau et à poser une trappe, ce qu’on aurait du faire lorsque l’on l’a sortir du bateau avant le départ.
Maintenant, cela va être plus compliqué.

On descend à terre en fin d’après midi
L’annexe est montée sur les rochers car on ne veut pas la retrouver retournée comme à Minorque

Dimanche 27 Septembre  2015 : Essai moteur dans la lagune
Mouillage derrière l’île de Perdiguera. Nous poussons à fond le moteur. Il n’a plus de raté.
L’île de Perdiguera
Déjeuner puis je hisse le capitaine au mât afin qu’il inspecte le gréement et pose des boules de protection sur les embouts de barre de flèche pour que la GV ne soit pas abîmée en vent portant.

Bonne protection pour la GV 

Retour en soirée au mouillage devant les restaurants ( pour capter leur wifi) ou nous passons un bon moment avec un voilier qui revient d’un TDM ( Tour du Monde) en solitaire et vend maintenant son bateau. Il est français.
Toujours de bons renseignements à prendre. Il a séjourné 1 an au Brésil, surtout à Rio.

Ou sont nos mouillages paradisiaques de Turquie ou de Grèce?



Un orage s’abat sur nous et c’est de suite moins tranquille. Le vent du Nord se lève mais nous sommes bien abrités.
Magnifique coucher de soleil sur la lagune

Lundi 28 Septembre 2015 : Cartagena




Nous décidons de rejoindre le port de Cartagena car un fort coup de vent (40noeuds) annoncé pour Mardi. Nous avons 25 Mn à parcourir.
Nous nous présentons à l’entrée du pont à 9h55 mais il n’ouvrira pas.
Nous accostons sur le ponton de carburant, prenons des renseignements auprès de l’office de la marina de Puerto de Thomas Maestre.
On nous explique que c’est un personnel de la marina qui se déplace à la tour de contrôle toutes les 2 heures pour ouvrir le pont mais que si l’on est le seul bateau il faut s’annoncer 5 minutes avant.
On demande l’ouverture pour 12heures et on confirme à la VHF 5minutes avant.

Le pont s’ouvre et un homme du haut de sa tour nous salue.

Pas de temps à perdre maintenant, on hisse la GV, on déroule le génois, 18Noeuds de vent au portant, Makani file à 7Nd.
Au loin, vers le nord le ciel s’assombrit avec de très grands éclairs, la mer moutonnent. On va encore se prendre un orage.
On enfile les gilets, relève la capote, rentre le génois, c’est déjà un peu tard, en 2 minutes, on a 28nds de vent.
On prend 2 ris dans la GV, on déroule la trinquette, le voilier file à 8noeuds bien équilibré avec 30nds de vent, des pointes à 38nds. La pluie s’abat sur nous.
Cela va durer 20minutes, puis l’orage s’éloigne, le vent tombe et le soleil revient.

Nous finirons la route avec un vent portant de 20nds bien agréable.

Nous nous amarrons pour 2 jours au Réal Club de Régatas ( celui de gauche en arrivant) le moins cher (24€ puis 16€ à partir du 01 Octobre). Chanel 9, précisez Régata Marina.
L’accueil y est excellent, le personnel parle français et nous donne toutes les indications dont on a besoin pour notre séjour.


Le ponton de Makani, derrière le bateau de secours en mer

Le soir venu, nous buvons une bière sur le bateau d’une famille Suisse qui vont sur Gibraltar, puis Les Canaries et les Antilles avec 3 jeunes enfants ou ils y passeront 2 années.

La petite dernière (2 ans1/2) fait le tour du voilier avec sa poussette et son doudou dedans.
Celle de 5ans prend des photos, les efface...
Le garçon de 7ans a l’air de prendre son rôle de grand frère très au sérieux. Il fait l’école sur le bateau.
Beaucoup de vie et de bonheur sur ce voilier alu de 12m
Le lendemain , apéritif à bord de Makani en compagnie de cette famille et de nos voisins de ponton Dominique et Patrick, un couple qui a fait plusieurs transats.
Ils passeront cette année Noël aux Canaries et traverserons en début d’année.
Nous prenons plein de renseignements sur le Venezuela.
Donc , les deux bateaux ont le même programme.
C’est à partir de Carthagene, que l’on commence à rencontrer des voiliers de grand voyage.

Les enfants sont sages, ils regardent Winnie l’Ourson sur la tablette








Aucun commentaire:

Publier un commentaire